Feeds:
Posts
Comments

Archive for March, 2014

Ça fait un petit moment que je n’ai pas posté d’article ici. (Mais, je vous rassure, il y a une chouette interview d’un inventeur de robots qui devrait arriver bientôt. Un vrai de vrai, oui.) J’en ai posté beaucoup ailleurs, notamment sur MIIY, le webzine pour lequel j’écris depuis deux mois et grâce à qui je rencontre des musiciens aussi extraordinaires que Paulo Furtado (alias The Legendary Tigerman) ou Lauren Housley. Je suis aussi en stage, en répétition chaque semaine ou presque pour une adaptation des Femmes Savantes dont je vous reparlerai bientôt (je vous avais parlé de Maïté Cussey, qui avait joué dans Et de mâles ténébreux et campé une redoutable Lady Margaret dans Richard III ? Elle met désormais en scène et j’ai l’honneur de jouer pour elle. *j’ai des paillettes dans les yeux*) Et deux ou trois autres trucs mais bref, REVENONS À NOS PRIORITÉS.

Ce blog.

Qui est quand même une priorité et la base qui m’a permis d’aller vers plein d’autres choses. Je ne vous ferai pas découvrir quoi que ce soit aujourd’hui, j’ai juste envie de poster un article qui remonte le moral et fasse sourire. Depuis plusieurs semaines, j’ai remarqué qu’un certain nombre de mes amis avaient tendance à être tristes, à s’auto déprécier et à douter d’eux. Je ne veux pas me transformer en coach du développement personnel, mais j’ai pensé que deux ou trois petites idées pourraient remonter le moral des troupes. Peut-être.

Et comme la plupart d’entre elles ne sont pas de moi mais d’autres (crédités) à qui j’ai piqué leurs conseils, non, je ne suis pas un coach. Dieu merci.

1) Réveillez-vous avec la bonne chanson le matin. Ça peut paraître stupide, mais ça marche. Et au moins, vous ne ferez pas partie de la horde de zombies déprimés qui hantent les transports. Sérieusement, ça suffit à miner le moral et moi, je préfère regarder le soleil se lever par la fenêtre du bus. Ou me retenir de danser dans le métro.

2) Dance more. Dixit Tom Hiddleston et il a bien raison. (Si je vous énerve avec mon futur-meilleur-ami-qui-ne-le-sait-pas-encore, vous avez parfaitement le droit de me le signaler.) Suffit de rentrer chez soi le soir, de fermer la porte de sa chambre (ou pas), de mettre de la musique et de sauter dans tous les sens/s’agiter/faire voler ses cheveux/que sais-je… Et non seulement ça vous remontera le moral, mais en plus ça vous mettra de bonne humeur et vous fera un peu relativiser. En plus de faire office de sport quotidien en ce qui me concerne. Ahem.

3) OSEZ FAIRE CE QUE VOUS AIMEZ. Je mets ça en lettres capitales parce que j’ai l’impression que trop de gens oublient qu’en fait, c’est la principale chose qui peut les rendre heureux. Le grand frère de Little Miss Sunshine le dit, Tom Hi… bref, le dit, et quantité de gens. J’ai tendance à dire oui à tout ce qui se présente (dans la mesure du possible) parce que je ne veux jamais, jamais avoir à dire “si j’avais su” ou “j’aurais aimé”. Foncez, c’est tout. Vous voulez monter un groupe, faire du théâtre ? Allez-y. Changez d’études si celles que vous faites ne vous plaisent pas. Je l’ai fait. Et puis, soyons (gentiment) absolus, soyons (gentiment) hédonistes : vous pouvez mourir demain. Embrassez ce qui s’offre à vous tant que vous le pouvez, osez faire des choses, tant que ça ne ne vous nuit pas et que ça ne nuit pas aux autres. Rencontrez, découvrez, nourrissez-vous d’art, de musique, d’images, de livres.

4) Ah et les : “tu as de la chance d’écrire, j’ai toujours voulu mais je n’ai jamais osé”, ça ne tient plus. Prenez votre stylo ou votre clavier d’ordi et écrivez. C’est aussi simple que ça. Pas besoin de faire du Oscar Wilde pour sentir l’immense bonheur de pouvoir évacuer ce qu’on a dans la tête. N’écrivez pas pour les autres, faites-le d’abord pour vous. Moquez-vous du qu’en dira-t-on. La réécriture viendra plus tard, si elle a lieu. Faites, ne réfléchissez pas.

5) “Vivez en avant.” Dixit Paulo Furtado/The Legendary Tigerman. Sa théorie, c’est qu’on ne doit pas s’astreindre à une discipline quotidienne d’écriture, mais qu’on doit suivre son inspiration. (On peut très bien ne rien écrire pendant des semaines, comme être hyperproductif pendant quelques jours.) Et que surtout, celle-ci doit être nourrie par l’art et les rencontres. En gros, on doit d’abord penser à vivre, sortir et découvrir le monde. Je me répète sans doute, mais je n’oublierai jamais le moment où il me l’a expliqué, et ça fera office de conclusion.

Tout ça peut aider, à mon avis, à arrêter de s’auto déprécier. Si on ose faire ce qu’on aime, on s’estime forcément plus. Et en s’appréciant soi-même, on apprend à apprécier les autres (et ça mon p’tit, c’est mon papa qui me l’a dit).

Voilà. Je n’ai pas du tout vocation à évangéliser les foules et j’étais partie pour écrire un article révolté sur le fait de se battre pour l’art avec force photos de musiciens rebelles et du Joker de The Dark Knight. A la place, j’ai écrit ça et je vous poste une image de Now You See Me (Insaisissables) – le meilleur film qui motive quand on veut changer le monde ou se battre pour ce qui nous anime. C’est peut-être mieux. Peut-être.

Advertisements

Read Full Post »