Feeds:
Posts
Comments

Archive for May, 2014

NGC 300 galaxy, a spiral galaxy like the Milky Way located about seven million light-years from Earth. – Photograph courtesy NASA/JPL/Caltech/R. Hurt (SSC) –

“When you separate an entwined particle, and you move both parts away from the other, even on opposite ends of the universe if you alter or affect one, the other will be identically altered or affected.” Einstein’s theory of entanglement

“Even though we sometimes fight
We both know we’ll be alright
Slumber parties late at night
Me and You

We are machines of loving grace
So take my hand lets fly through space
We can save the human race
Me and You

Through the darkness sparks of light
Speeding asteroids hold on tight
In our spaceship late at night
I Love You” Princess Chelsea – Machines of Loving Grace

Einstein in space. That would be a beautiful idea wouldn’t it? As beautiful as the title of a song. This could be the title of a book. As I’m writing this – hearing the sound of the old computer’s keys – a few ideas come to my mind.

1) If we send Einstein in space I would like it to be actually a book of Einstein’s thoughts locked in a tiny little box. It would travel between stars, waiting for another soul to find it, open it, understand it. Or not: that person would consider all those theories like a fairy tale from another planet. Which they would be actually.

2) Or just send the Tenth Doctor with his Tardis and bring him and Einstein through space and time. But this is way too easy to imagine.

3) Einstein in space. Just imagine a girl who invents a machine with something new and beautiful inside that she would have imagined after reading everything by and about Einstein. She lets her machine fly through space, sailing on the Milky Way and travel until it arrives to her sweetheart.

4) It wouldn’t be her sweetheart after all, but an inventor. A man who taught the girl everything she knows about science and inventions – and a bit of poetry. He’s far away now. He’s on the other side of Earth. The girl creates her little machine and sends it to her Master to thank him for everything he has done for her. She sings while she creates it.

5) She finds every little piece she needs for her machine. One of them is the fragment of a superhero’s armor. He flew above her the other day and let it fall. She took it. Inside the machine is a gift. It’s a very, very old picture in black and white from the earliest years of the twentieth century.

6) The picture is very old but the silhouette of the man on it looks like her Master. The girl finds it funny. She wrote three lines of a song on the back of the picture.

7) And now the machine flies in the dark blue sky. It sails on the Milky Way. The girl doesn’t see it anymore, but she sent it in space and watched go until it disappeared from her eyes. The machine is working, she thinks. She goes back home and closes her bedroom door. There are still pieces on the floor and many things to do. She’s got three inventions left to make tonight.

8) Now the machine arrives before the inventor’s eyes. It flew a long way through space to him, he thinks. He opens it and sees the picture. The man in black and white looks like him. It’s a joke only her could do. He goes back to his laboratory.

9) There are still pieces everywhere and many things to do. He’s got nine inventions left to make tonight.

 

Advertisements

Read Full Post »

©Land O’Goshen

Seconde interview sur ce blog, la talentueuse actrice et scénariste américaine Melissa Hunter. Sa websérie Adult Wednesday Addams, diffusée à partir de Septembre 2013 sur Youtube et toujours disponible sur le site, est un petit phénomène mondial. (Même le site de Zooey Deschanel en a parlé.) En une saison, la jeune femme nous a livré six épisodes, soit autant de bijoux de moins de trois minutes chacun qui racontent la vie de Mercredi Addams devenue adulte. Avec les même préoccupations que les autres : passer un entretien d’embauche, trouver une coloc, et même rencontrer un charmant petit ami… Mais il s’agit de Mercredi Addams. L’humour (très) noir est toujours au rendez-vous, le charme gothique aussi.

Je suis tombée sur cette websérie totalement par hasard, en cherchant des groupes de musique gothiques pour accompagner mon travail. C’est ainsi que j’ai pu découvrir le travail de la fantastique Melissa Hunter, qui a écrit tous les épisodes et interprète Mercredi dans la droite lignée de Christina Ricci. La jeune femme n’en est pas à son coup d’essai et a une multitude de projets – dont un film de zombies qui promet d’envoyer du steak. Elle a gentiment accepté de répondre à mes questions et je suis très heureuse de pouvoir publier cette interview ici. En bilingue, parce qu’il faut faire les choses bien.

Bonjour Melissa ! Je voulais d’abord te remercier parce que c’est un très grand honneur de te recevoir ici. En faisant mes recherches, j’ai pu voir la foule d’activités que tu as et tout ce que tu as pu accomplir. Je sais que tu écris pour Hollywire [Ndlr : un site web consacré à la pop culture]. Tu es aussi actrice, tu écris des webséries et des courts-métrages. Comment en es-tu venue à faire tout ça ?

Une fois diplômée de l’université, je suis retournée à Los Angeles, la ville où j’ai grandi, pour continuer à jouer la comédie. Mais très vite, je suis devenue frustrée par le peu de rôles féminins intéressants qui étaient proposés. J’ai commencé à prendre des cours de comédie et d’improvisation et à monter des projets d’écriture avec des amis. C’est là que j’ai vraiment découvert ma passion pour l’écriture. Et du même coup, mon amour de la production : faire partie intégrante d’un projet du début à la fin, de sa conception à sa sortie, en passant par l’écriture, la production et le montage. Je crois vraiment que de nos jours, dans le divertissement, il faut créer ses propres opportunités. C’est ce que j’ai fait.

Hi Melissa! First of all, I wanted to thank you because it’s such an honor to have you here. I read about your many activities and what you have done so far. I know you write for Hollywire. You are also an actress, you write scripts for web series and short movies. How did you end doing all these things?

When I graduated college, I returned to Los Angeles (my hometown) to pursue acting. But I quickly became frustrated by the lack of interesting female roles that were offered so I started taking sketch comedy and improv classes and writing projects with my friends. It was really only then that I discovered my passion for writing. And in turn, my love for producing – being a part of the whole process of a project, from conception to writing to production to editing to release. I really believe that in this time in entertainment, you have to make your own opportunities, so that’s what I’ve been doing.

Je me demandais comment tu étais tombée sur Mercredi Addams. Ton interprétation est clairement basée sur celle de Christina Ricci, mais je voulais savoir si tu avais vu les films en premier ou si tu avais regardé la série en noir et blanc tournée dans les années soixante ?

Oui ! J’ai grandi en regardant la série des années 60 parce que mes parents étaient fans. J’étais une gamine quand les films de la Famille Addams sont sortis, et j’ai absolument adoré. Ça a vraiment forgé ma sensibilité comique et mon amour de la comédie noire.

I was wondering how you came across Wednesday Addams. Your portraying is clearly based on Christina Ricci’s version, but did you watch these movies first or did you know the show in black and white from the sixties?

Yes! I grew up watching the ‘60s series because my parents loved the show. And I was a kid when the Addams Family movies came out and I absolutely loved them. It really shaped my comedic sensibilities and my love of black comedy.

Comment as-tu eu l’idée de faire une série sur ce personnage ?

©Land O’Goshen

J’ai grandi en entendant constamment que je ressemblais à Christina Ricci. Au collège, un type qui m’embêtait m’a appelée Mercredi. Même si j’aimais la Famille Addams et Mercredi, j’ai détesté ce surnom. A Los Angeles, mes camarades de classe étaient tous bronzés, blonds et joyeux – moi, j’avais les cheveux sombres et j’étais pâle. J’ai essayé de me débarrasser cette identité. Je regrette de ne pas avoir été assez sûre de moi pour la considérer comme un compliment.

Et puis, il y a deux ans, je me suis déguisée en Mercredi pour Halloween. La réaction des gens a été tellement dingue, que ce soit devant moi ou plus tard en voyant les photos, que j’ai décidé de faire quelque chose du personnage. J’ai revu les films et j’ai été scotchée par Mercredi : c’est une héroïne incroyable. C’est une marginale qui ne voit aucun intérêt à s’intégrer. Elle reste inébranlable face à ses ennemis. Elle est incroyablement maîtresse d’elle-même et a toujours le dernier mot. Du coup, j’ai pensé que ça serait intéressant de voir cette anti-héroïne déterminée une fois adulte, loin du confort de sa famille, propulsée dans le monde réel.

How came the idea of doing a web series about this character?

I grew up constantly being told that I looked like Christina Ricci. And in middle school, a bully called me Wednesday. While I loved the Addams Family and Wednesday, I hated the nickname. I grew up in Los Angeles where most of my classmates were tan, blonde and bubbly — and I was this dark-haired, pale-skinned girl. I tried to cast away that identity. Too bad I wasn’t self-possessed enough to take it as a compliment.

Then two years ago, I dressed as Wednesday for Halloween, and it got such a crazy reaction both in person and in photos that I realized I wanted to do something with the character. I rewatched the movies and was struck by what an incredible hero Wednesday is. She is an outsider who has no interest in fitting in. She in unwavering in the face of her antagonists. She is incredibly self-possessed and always has the last word. So I thought it would be interesting to see this strong-willed antihero as an adult, away from the comfort of her family, out in the real world.

Une des choses que j’ai aimées dans cette série, c’est que Mercredi trouve un petit ami, ou plutôt un coup d’un soir. [Ndlr : One-Night Stand, titre de l’épisode, nettement plus joli en VO.] Et c’est quelqu’un de parfaitement normal. J’aime énormément Joel Glicker dans le deuxième film, mais c’est un intellectuel timide, les autres ados se moquent de lui… Dans Adult Wednesday Addams, le petit ami de Mercredi n’est pas gothique, ce n’est pas un serial killer, et il l’accepte comme elle est. C’était important pour toi de mettre Mercredi avec quelqu’un de totalement différent de ce à quoi on pouvait s’attendre ?

Oui ! J’ai aussi aimé la romance de Mercredi et Joel au camping. Je trouvais très intéressant qu’elle soit avec un garçon normal – un nerd, oui, mais pas un Addams – et qu’il l’aime exactement pour ce qu’elle était.

Quand je travaillais sur la série, plusieurs gars parmi mes amis m’ont dit que Mercredi avait été leur premier béguin. Ce ne sont ni des gothiques ni des nerds, juste des types normaux qui sont fascinés par une fille comme Mercredi. Ça se tient, selon moi. Elle est tellement confiante et résolument elle-même – c’est une qualité très séduisante. Hunter Cope, l’acteur qui joue dans cet épisode, est si adorable et sincère que j’ai pensé qu’il était parfait pour Mercredi. Pour moi, cet épisode est celui où elle est le plus vulnérable, parce qu’elle apprécie vraiment ce jeune homme. Après tout, Mercredi est la fille de Morticia : elle a un petit faible pour la romance.

One of the many things I liked about this series is that Wednesday at one point finds a sweetheart, well, a one-night stand, and he’s someone perfectly normal. I loved Joel Glicker in the second movie, but he was a shy intellectual, mocked by other teenagers. In Adult Wednesday Addams, Wednesday’s one-night stand isn’t gothic or a serial killer, and he accepts her as she is. Was it important for you to put her with someone so different from what we could have expected?

Yes! I also loved the camp romance. I thought it was so interesting that she was with a normal boy – a nerd, yes, but not an Addams – and he loved her for exactly who she was.

When I was working on the show, several of my guy friends told me that Wednesday was their first crush. They aren’t goth, they aren’t nerds, they’re just normal guys who were fascinated by a girl like Wednesday. Which makes sense to me. She is so confident and unflinchingly herself — that is a very attractive quality. Hunter Cope – the actor in that episode — has such a sweet, open earnestness to him, that I thought he would be the right match. I saw that as Wednesday’s most vulnerable episode in the series because she actually does like him. Wednesday IS Morticia’s daughter, after all, so she does have a soft spot for romance.

La série montre Mercredi agir en-dehors de son cercle familial. Dans les séries et films précédents, quand elle faisait des choses à l’extérieur, c’était toujours pour faire des farces morbides aux « gens normaux ». Mais dans Adult Wednesday Addams, c’est comme si elle essayait de s’intégrer, ou en tout cas de vivre au milieu des autres tout en restant totalement elle-même. Pourquoi as-tu fait le choix de faire évoluer Mercredi dans notre quotidien ?

Mon intrigue préférée dans les films, c’est quand elle va faire du camping, parce qu’on la voit interagir avec des gens normaux et dans un univers où elle n’est pas forcément à l’aise. Je voulais faire quelque chose dans ce sens. C’était donc logique de la mettre dans une situation que traversent la plupart des gens qui ont la vingtaine : couper les liens avec ses parents et entrer dans le monde réel.

Mercredi est beaucoup de choses. Elle est notamment pragmatique. Dans la série, elle a besoin de trouver une solution afin d’être stable financièrement. Dans les épisodes sur la coloc et l’entretien d’embauche, elle est projetée dans des situations où elle n’a pas d’emblée le dessus, mais elle finit par le prendre. Je vois moins cette série comme Mercredi qui s’adapte au monde réel que comme le monde réel qui s’adapte à Mercredi.

The series shows Wednesday acting outside her family circle. In the ancient series and movies, when she was doing things outside, it was always to make dark jokes to ‘normal people’. But in Adult Wednesday Addams, it’s as if she tried to fit in, or at least to live amongst people while staying totally herself. Why did you make that choice of making Wednesday evolve in our day-to-day world?

My favorite Wednesday storyline in the films is when she goes to camp because we get to see her interact with normal people and in an environment that isn’t necessarily comfortable for her. I wanted to do something to that effect so it made sense to put her in the situation that most 20-somethings go through – getting cut off by her parents and entering the real world.

Wednesday is many things, and one of them is practical. In the given situation, she needs to do what is required to be financially stable. In the roommate and job interview episodes, she’s put into situations where she does not have the power to start, but ultimately she takes it. I saw the series less as Wednesday adapting to the real world, but rather the real world adapting to Wednesday.

J’ai aussi une question sur ton processus d’écriture. Que se passe-t-il quand tu décides d’écrire un épisode d’Adult Wednesday Addams ? Est-ce que tu t’enfermes dans ta chambre, tu écoutes de la musique ? Quelles sont tes habitudes ?

La musique m’aide énormément. Un de mes amis écrivains m’a appris à faire une playlist pour chaque projet que j’écris. Une des premières choses que j’ai faites en commençant Adult Wednesday Addams, ça a été de faire une « playlist Mercredi ». Les Yeah Yeah Yeah, Robyn et Holy Ghost! font partie des artistes qui s’y trouvent.

Quand je commence à concevoir quelque chose, je n’aime pas m’asseoir en face d’un ordinateur. Je deviens trop distraite. J’adore la randonnée, alors je prends ma playlist Mercredi et je vais escalader des sentiers. Ensuite, je vais dans un café avec un simple carnet et je note mes idées – les intrigues, les personnages, les répliques drôles qui me viennent… Une fois que j’ai les idées claires, je vais sur mon ordinateur et j’écris les dialogues.

I have also a question about your writing process. What happens when you decide to write an Adult Wednesday Addams episode? Do you lock yourself in your bedroom, do you listen to music? What are your habits?

Music helps so much for me. One of my writer friends taught me to make a playlist for every project I write. So one of the first things I did was make a Wednesday playlist (The Yeah Yeah Yeahs, Robyn and Holy Ghost! were some of the artists on it).

When I’m in the initial ideation mode, I don’t like to sit in front of a computer. I get too distracted. I love hiking, so I often would put on my Wednesday playlist and hike up a trail. Then I’d go to a coffee shop with just a notebook and write down my ideas – the story arcs, characters, any fun lines I come up with, etc. Once I had the ideas clarified, I would go to my computer and write the dialogue.

Les acteurs qui jouent avec toi dans Adult Wednesday Addams sont aussi dans d’autres séries où tu joues ou que tu as écrites, sauf erreur de ma part. C’est un peu comme une troupe de théâtre, non ?

Bien vu ! J’ai effectivement un genre de troupe ici. J’ai beaucoup de chance d’avoir construit des relations avec des acteurs, des auteurs et des réalisateurs très talentueux. J’adore écrire et jouer, mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est collaborer. C’est ce qu’il y a de plus excitant pour moi. Réunir toutes les pièces du puzzle et travailler avec une équipe que tu aimes et en qui tu as confiance. Il y a une vraie proximité et on se motive mutuellement de façon créative. Tout ce que je souhaite, c’est collaborer sur des projets avec des gens qui ont les mêmes idées. Le but ultime, à une plus grande échelle, ce serait de faire des émissions télévisées et des films avec eux.

The actors who play with you can also be seen in other web series you wrote or acted in if I’m not mistaken. So it’s a bit like a theater company really?

Good eye! I do have something of a company here. I am very fortunate to have built relationships with a community of very talented actors, writers and directors. I love writing and acting but most of all I love collaborating. That is the most exciting part to me. Bringing all the pieces together and working with a talented team you love and trust. You have a shorthand and can really push each other creatively. All I want to do is collaborate with like-minded people on projects – the ultimate goal being on a bigger scale, making TV shows and films with them.

A la fin de la première saison, tu as dit que tu cherchais de l’argent pour en produire une deuxième. Est-ce que ça va se faire et si oui, as-tu déjà des idées pour de futurs épisodes ?

Oui ! Ça a été retardé pour plusieurs raisons. J’écris un pilote pour la télévision, une nouvelle websérie pour Above Average [Ndrl : une chaîne américaine de youtube spécialisée dans les sketches et les webséries comiques.], et un nouveau film en ce moment. Du coup, j’essaie de me concentrer sur mon énergie créative pour terminer tout ça.

Et j’ai besoin de réunir de l’argent pour une deuxième saison, mais vu que je n’ai pas les droits de la Famille Addams, je veux être sûre de procéder à une collecte de fonds de la bonne manière, afin d’éviter tout problème. Mais j’ai déjà écrit deux nouveaux scripts et j’ai des idées pour dix autres ! Je n’arrêterais jamais de faire cette série si j’avais le budget.

You said at the end of the first season that you were searching money to produce a second season. Is this going to happen? And if yes, do you have ideas of stories for future episodes?

Yes! It’s been delayed for a few reasons – I’m writing a TV pilot, a new web series for Above Average, and a feature right now – so I’m trying to focus my creative energy to get those done.

And I’ll need to raise money for the second season, but since I don’t own the rights to the Addams Family, I want to make sure I proceed with fundraising in a way that won’t get me into any trouble. But I’ve written two more scripts and have ideas for 10 more. I would make this show forever if I had the budget.

AWA051

©Land O’Goshen

On trouve aussi plusieurs vidéos sur Youtube d’un projet qui s’appelle The Darkening. [Ndlr : une histoire d’amour sur fond d’invasion zombie.] Il y a un faux trailer, de fausses interviews des acteurs… Je voulais savoir comment tout ça était né, parce qu’on ne trouve aucune information sur le net. Tu as l’intention de faire un film de zombies un jour ?

Ce sont des vidéos concept pour un film de zombies que j’ai écrit avec mon amie Megan Rosati. Le film s’appelle Zombie Paparazzi. En fait, l’histoire se passe pendant la première de The Darkening, qui est le Twilight des films de zombies. Pendant la première, il y a une foule énorme de gens déguisés en zombies. Pour des raisons qui ne sont pas immédiatement révélées, de vrais zombies infiltrent la horde de fans et les attaquent. Tout le film se déroule en une seule nuit, et il suit les deux starlettes de The Darkening qui se battent pour survivre hors du cinéma.

C’est un méta-film, une satire de la société du divertissement et du culte de la célébrité. On a tourné quelques petites vidéos qui montrent l’univers du film pour intéresser les gens à notre scénario. On cherche des financements pour ce film en ce moment et on espère le tourner l’an prochain !

There are also a bunch of videos on Youtube about a project called The Darkening. Fake trailer, fake interviews… I wanted to know how this project was born since it’s hard to find any information about it on the internet. Do you intend to do a zombie movie one day?

These are concept videos for a zombie movie that I wrote with my friend Megan Rosati called Zombie Paparazzi. The movie is set at the premiere of The Darkening, which is the Twilight of zombie movies. There’s a massive crowd of fans at the premiere all dressed as zombies. For reasons you don’t know at first, real zombies infiltrate the crowd and attack people. The movie takes place all in one night, following the two main starlets’ fight for survival out of the theater.

It’s a meta movie that satirizes the entertainment industry and celebrity culture. So we filmed a few shorts that fit into the world of the movie to pique interest in our script! We are currently looking for financing for the feature and hope to film it in the next year!

Y a-t-il une série ou un film que tu rêves de tourner ?

Eh bien, j’aimerais d’abord tourner mon film de zombies ! Je suis aussi en train d’écrire le pilote d’une série télé et j’espère qu’il aura un avenir. Le personnage principal est de la même trempe que Mercredi. Mon but, en fin de compte, c’est de raconter des histoires avec des héroïnes fortes et complexes. La nouvelle vague d’héroïnes féminines est très excitante, mais je pense qu’il y a encore beaucoup de travail à faire. J’espère faire partie de ce mouvement et pouvoir créer de nouveaux role models pour les filles. Comme ce que Mercredi a été pour moi quand j’étais petite.

Is there a series or a movie you dream to make?

Well, I definitely would love to make my zombie movie for one! I’m writing a TV pilot right now that I hope has a future. The lead has a similar essence to Wednesday. Ultimately, I want to tell stories with strong, complex female leads. The new wave of female-driven content is exciting, but I think there’s much more work to be done. I hope to be a part of that and make new role models for girls – much like Wednesday Addams was for me when I was little.

 Thank you so much for taking the time to answer my questions, Melissa! 🙂

Read Full Post »

Oh my beautiful knight
– Adeline Arénas –

Arthur Rackham – The Meeting of Oberon and Titania

Oh my beautiful knight
Before the morning comes and the servants knock
Tell me a stranger tale

Oh my beautiful knight
Before the bat hides and the bird flies
Sing me another lullaby

Oh my beautiful knight
When the night is silent and lends us this moment
I will give you a spell

Oh my beautiful knight
When the time is for the fairies to dance
Will you still ask for my hand?

Oh my beautiful knight
Before your kingdom’s call
Say one last word and then go

For we shall meet again
Oh my beautiful knight
And be king and queen of that faraway land

 

Read Full Post »