Feeds:
Posts
Comments

Archive for January, 2020

Et voilà, 2019 est fini. Ça a été une sacrée année, non ? Préparez-vous, car ce top va être bien plus enthousiaste que celui de l’année dernière, et j’ai bien peur de ne pas pouvoir tout y faire tenir. 2018 avait été si vide que 2019 ne pouvait être que l’opposée, avais-je annoncé il y a un an. Mais je ne pensais pas qu’elle serait si foisonnante et généreuse. 2019 a marqué la fin de quatre grandes sagas : Avengers, Game of Thrones, Star Wars et La Passe-Miroir. Ça aussi été l’année de découvertes en tout genre pour moi, que j’ai hâte de partager ici.

Avant de commencer mon traditionnel top de films, petit bilan personnel de bon aloi, comme à chaque fois. 2019, ça a été l’année où :

J’ai écrit mon spectacle de seule en scène, réuni l’équipe pour entamer sa production, commencé à le répéter, et joué une demi-heure du bébé le 6 décembre (juste avant de laisser la place sur scène à un groupe goth de LA, Death Hags, ce qui était surréaliste). Tout ça n’aurait évidemment pas été possible sans Maïté Cussey, amie et metteuse en scène de grand talent, qui a accepté de travailler avec moi sur ce projet. J’en profite pour remercier tous les artistes qui collaborent avec nous sur ce spectacle !

J’ai vu Ghost (enfin !) et Laurent Voulzy en concert. Deux salles, deux ambiances. En y réfléchissant, les points communs que je leur trouve sont un sens de l’esthétique ultra poussé quand il s’agit de mettre en scène leur musique. Dans le cas de Ghost, c’était théâtral et grandiose. Dans le cas de Voulzy, les mélodies étaient mises en avant dans une église gothique, avec une création lumière et son magnifique.

Oh, et j’ai refait un tour dans l’émission DTO-Dans tes oreilles, dans un numéro tout doux consacré aux autrices disparues. J’ai pu y déclarer mon amour pour Anne Brontë, mais j’en reparlerai dans la section livres du top. Allez écouter tous les épisodes de DTO, vous y découvrirez plein d’autrices qui viennent y parler de leur travail !

Je me suis remise à écrire, à être inspirée et passionnée, et c’est la meilleure chose qui pouvait m’arriver. My passion is restored !

TOP DES SERIES 2019

Chaque année, j’ai l’habitude de mettre une seule série en avant dans cette section. Ce ne sera pas le cas cette année, parce que… j’en ai vu pas mal ! Et que j’en ai aimé tout autant. Incroyable, vous dites-vous. En voici donc quelques-unes qui sont sorties du lot cette année, et que je vous recommande chaleureusement si vous ne les avez pas déjà vues.

Good OmensGood Omens. J’attendais cette série autant que je la redoutais. Ceux qui suivent ce blog connaissent mon amour pour le roman de Neil Gaiman et Terry Pratchett, qui est un de mes livres préférés. Même si les choix d’acteurs et de chara design pouvaient me faire peur, mes craintes ont été dissipées dès le pilote. Neil Gaiman a scénarisé chaque épisode et a été présent sur le tournage. Cette série est un véritable témoignage d’amour pour feu son ami Terry Pratchett, aussi drôle que touchant. C’est intelligent, drôle, émouvant, semblable au livre tout en étant différent. Bref, une très bonne adaptation en six épisodes, à voir quand vous n’avez pas le moral. Mention spéciale à Michael Sheen qui a surpris tout le monde en Aziraphale !Black Sails

Black Sails. Je l’ai enfin vue ! Quatre saisons d’un coup – ce qui est un exploit connaissant mon peu de patience. Cette histoire de pirates remplie d’aventures et de personnages charismatiques était un sacré voyage. La série vaut aussi pour ses héroïnes bien écrites, ses personnages queers et son excellent casting. Si vous avez envie d’abordages, de chasse aux trésors, de complots et de lutte pour la liberté, c’est là qu’il faut aller.

Peaky BlindersPeaky Blinders. Je ne l’ai pas encore finie, mais cette série est la définition de l’epic epicness pour moi. Ajoutez à ça une BO qui comprend la quasi-intégralité de mes groupes préférés, l’esthétique des années 1920, Cillian Murphy en anti-héros stratège et ambitieux, et vous tenez mon gros coup de cœur de l’année.

Je ne peux pas finir cette partie du top sans mentionner Dark Crystal : Age of Resistance, qui est une petite merveille visuelle et qui a fait découvrir cet univers à beaucoup. Plus de séries et de films avec des marionnettes, s’il vous plaît ! La première saison de His Dark Materials a aussi tenu toutes ses promesses, j’ai hâte de voir la suite. Et bien sûr, j’ai suivi la fin de Game of Thrones chaque semaine pendant sa diffusion, avec un groupe (de soutien moral) d’amies formidables.

Ce que je voudrais voir en 2020 : la fin de mes séries en cours (notamment Watchmen, que j’ai entamée). Faire d’autres découvertes qui m’enthousiasment autant. Je suis également curieuse de savoir ce que nous réservent les séries post-Avengers de l’univers Marvel. Ce sera quitte ou double.

TOP DES FILMS 2019

Là aussi, il y en a plein ! A l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai pas encore vu Sorry to bother you, The Lighthouse, The Report et Le Mans 66 – c’est prévu. En revanche, mon année a été parsemée de plusieurs coups de cœur.

Knives Out

Knives Out, de Rian Johnson. Sans doute le film que j’ai préféré cette année. C’était bien écrit, superbement filmé, drôle et pertinent. Tous les acteurs s’amusent et j’ai passé un excellent moment.

Lords of Chaos

Lords of Chaos, de Jonas Akerlund. J’ai attendu ce film pendant des années, et j’ai eu la chance qu’il soit projeté dans un cinéma de ma ville pendant un festival. Mon attente a été largement récompensée : j’ai passé un moment aussi bizarre qu’exaltant devant ce film.

Marriage Story

Marriage Story, de Noah Baumbach. C’était beau, drôle, triste, dur, émouvant, lumineux. Tout ça à la fois. Merci Netflix, je suppose ?

Joker

Joker, de Todd Phillips. Sacré ride pendant deux heures, que j’ai aimé du début à la fin. D’ailleurs, j’étais persuadée qu’on tenait la performance de l’année avec Joaquin Phoenix dans le rôle du Joker, jusqu’à ce que je voie Adam Driver dans Marriage Story. Big up à Hildur Guðnadóttir, la compositrice de la BO de Joker, et à sa Bathroom Dance qui reste dans toutes les mémoires cette année.

La Favorite

La Favorite, de Yorgos Lanthimos. Tout a déjà été écrit sur ce film. J’ajoute : Rachel Weisz à jamais dans mon cœur. J’ai repéré une biographie du personnage qu’elle joue, à lire incessamment sous peu.

Supersonic

Supersonic, de Mat Whitecross, qui n’est pas sorti cette année mais en 2016. Ce documentaire qui raconte l’ascension du groupe Oasis jusqu’à leur double concert à Knebworth m’a transportée, inspirée et émue, à tel point que je l’ai revu plus tard dans l’année.

Mentions spéciales : Portrait de la jeune fille en feu, de Céline Sciamma, qui était très beau. The dead don’t die de Jim Jarmusch, qui aurait pu être hilarant avec son humour méta, sans les cinq dernières minutes qui explicitent un propos déjà bien sous-entendu pendant le film.

Concernant les blockbusters, j’ai bien entendu pleuré tout mon soul devant Avengers : Endgame, dont j’avais déjà un peu parlé ici. C’était une fin étonnamment satisfaisante après dix ans de saga. Les débats sur Star Wars IX font rage sur les réseaux sociaux : en ce qui me concerne, j’attends un second visionnage pour me faire un avis définitif. La fin de l’arc de Ben Solo/Kylo Ren m’a rendue extrêmement heureuse (à un petit détail près), et c’était tout ce que je souhaitais pour lui.

Ce que je voudrais voir en 2020 : c’est le saut dans l’inconnu après ces fin de sagas ! J’aimerais donc voir de nouvelles histoires, rencontrer de nouveaux personnages, me faire éclater la rétine par des beautés cinématographiques. J’attends avec impatience Annette de Leos Carax, qui est une comédie musicale composée par le groupe Sparks, avec Adam Driver dans le rôle principal. Il se peut fort que ça devienne aussi une de mes grosses sorties musicales de 2020. Je suis aussi curieuse, comme la France entière, de voir ce que donnera Kaamelott au cinéma.

TOP DES LIVRES 2019

En début d’année dernière, je m’étais fixé pour objectif de lire 70 livres en 2019, ce que j’ai réussi à faire. Il m’a fallu lire des formats courts et des mangas pour réussir à le boucler. Je n’aime pas l’idée de lire en grande quantité seulement par défi : en 2020, je vais donc me laisser porter, tenir un bon rythme, et advienne que pourra. Je pense que mon bilan annuel se situera probablement entre 50 et 60 bouquins.

En 2019, j’ai eu beaucoup de coups de cœurs, en littérature ancienne comme contemporaine. J’ai également lu pas mal de bouquins qui figuraient depuis des années sur ma liste de livres à lire, et je suis ravie d’avoir « débloqué » autant d’inconnues. Parmi les lectures marquantes de 2019, je pourrais citer….

Bienvenue à Night ValeBienvenue à Night Vale de Joseph Fink et Jeffrey Cranor, qui est une de mes lectures les plus ardues de l’année, parce que l’univers dépeint a des codes absurdes qui ne correspondent en rien aux nôtres. Lunar Park de Bret Easton Ellis, dont l’atmosphère sombre, onirique, tendre et bizarre m’a captivée de bout en bout. La dame du manoir de Wildfell Hall d’Anne Brontë, désormais mon autrice préférée de la fratrie, notamment parce que son regard sur les relations toxiques a plus d’un siècle d’avance sur son temps. Le premier épisode de Codename Villanelle de Luke Jennings, dont j’ai déjà parlé ici. L’héritier de Redclyffe de Charlotte Mary Yonge, best-seller victorien plus édité (merci Gallica pour l’epub), qui m’a exaspérée, que je n’ai pas pu lâcher et que j’ai fini par beaucoup aimer. La Tempête des Échos de Christelle Dabos, qui a courageusement clôturé la saga de La Passe-Miroir. Maudits de Joyce Carol Oates, énorme pavé qui m’a pris plus de deux semaines de lecture, réjouissant, étrange et éreintant. Crime de Meyer Levin, un roman à la limite du reportage, méconnu et fascinant, dont j’ai parlé à tout le monde quand je le lisais. Hate List de Jennifer Brown, sans doute le roman le plus juste que j’aie lu sur le harcèlement scolaire (et les school shootings aux Etats-Unis). La fiancée deBloodlust and Bonnets Lammermoor de Walter Scott, ma première incursion (réussie) chez cet auteur. Les caprices de Miss Bennett de P.G. Wodehouse, rempli d’humour british qui m’a fait rire dans le métro, et dont j’ai lu des passages entiers à des proches tellement l’écriture était jubilatoire. Mentions spéciales à deux ouvrages lus pendant les fêtes : The Theater of War de Bryan Doerries, qui parle de la façon dont la tragédie grecque peut aider les soldats vétérans à surmonter leurs traumas, et Bloodlust and Bonnets, un comics hilarant d’Emily McGovern où Lord Byron, une héroïne intrépide et un aventurier non-binaire s’allient pour combattre des vampires.

Il va sans dire que je vous recommande chaudement tout ceci !

Ce que je voudrais lire en 2020 : des choses tout aussi passionnantes, et des pépites oubliées provenant des tréfonds du domaine public ou des ventes d’occasion, qui sont mes terrains de chasse aux livres favoris.

TOP DES ALBUMS 2019

Ce sera sans doute la section la plus courte, parce que c’est celle où j’ai eu le moins de surprises. Ça commence à faire plusieurs années de suite, mais je ne perds pas espoir de revivre une année musicale aussi riche que certaines l’étaient jadis. Mais ! Point de déprime pour autant, car il y a eu des temps forts, oui les enfants.

Sans surprise, l’album que j’ai le plus écouté cette année est le dernier né des Raconteurs, Help Us Stranger. Merci Jack White d’être là au rendez-vous et de ne jamais décevoir. (Et surtout, d’avoir sorti un album que personne n’espérait plus.)

Le groupe que j’ai passé en boucle en 2019 fut The Vines, qui m’a obsédée des mois durant : du rock sauvage et des harmonies, c’est un combo gagnant chez moi. Ghost s’est fendu d’un traditionnel (et très bon) petit EP entre deux albums. J’ai dansé et chanté à qui mieux mieux sur My cheating heart de Love Fame Tragedy, imparable chanson pop qui devrait figurer au générique d’un film d’espionnage. J’ai pas mal écouté Let’s Rock, le dernier album (un peu trop sage) des Black Keys. J’ai aimé suivre les chansons sorties tout au long de l’année par Noel Gallagher. Et j’ai sacré Ellipsis de Drab Majesty (un groupe dont j’avais déjà parlé dans un top) chanson de l’année.

Enfin, comme je n’arrivais décidément pas à trouver de nouveau groupe qui me plaisait et que j’ai l’impression de me transformer en vieille croûtonne de la musique malgré mes 29 ans, j’ai commencé à écouter ce que faisait la génération Z. (Dont les artistes ne sont pas très portés sur le rock, à mon grand désespoir.) Et c’est là que j’ai découvert mon petit coup de cœur de fin d’année : Yungblud. Un jeune musicien anglais fougueux et plein d’entrain sur scène, que je vais suivre de près, qui fait du rock mais pas que, et dont je me suis passé plusieurs titres en boucle. Surtout celui-ci :

Ce que je voudrais écouter en 2020 : de nouveaux artistes qui viennent élargir mon univers musical.

Et voilà, c’est la fin de ce qui était probablement mon plus gros top culturel jusqu’à maintenant. J’espère que le prochain sera tout aussi fourni, et puisque nous sommes encore en janvier, je vous souhaite une bonne année !

*trompettes, confettis, tambours*

Read Full Post »